L'Atelier Prospère du Jeudi

Arrrgh, encore Noël (comme chaque année) 😉

Newsletter
#11 - Durée de lecture : 3 minutes.

C'est la semaine de Noël et j'ai la grande chance de la passer en montagne avec ma femme et mes deux filles.

Comme chaque année, il y a eu des cadeaux, et comme chaque année il y a eu un mélange entre le plaisir de les faire, le plaisir de les recevoir... et - auparavant - la galère de les trouver !

Et vous savez quoi ? Ça va recommencer l'année prochaine !

Avant d'aller skier tant qu'il y a de la neige et du soleil 😋 je vais vous donner notre mode de fonctionnement actuel sur cette thématique des cadeaux de Noël (et d'anniversaire).

J'espère que cela vous inspirera pour modifier la balance de ces moments - si besoin hein, pas de stress - et alléger le plateau "charge mentale" tout en renforçant le plateau "plaisir d'offrir et de recevoir".

Et si c'est votre femme/chérie/épouse qui gère tout, peut-être pourrez-vous lui filer un coup de main qui sera apprécié (petite piqure de rappel à moi-même).

Pour ce qui est du lien avec le Bricolage (et l'APJ #1), il arrivera à grands pas en deuxième partie de ce billet.

 

Faire une Wishlist familliale

OK, c'est un anglicisme, mais :

  1. En ce moment on est à fond dans la maîtrise de cette langue si importante à l'international, on se regarde des séries et des films en VO sous-titrée, on lit des romans en anglais, etc. Du coup j'ai souvent des termes anglais qui me viennent à l'esprit.
  2. Je trouve que ça sonne mieux que "Liste de souhaits" ou "Liste de vœux".

Bref, digression mise à part, une wishlist familliale c'est une liste ou tous les membres de la famille indiquent avec plus ou moins de précision ce qui leur ferait plaisir si on avait un cadeau à leur faire.

Chaque ligne comprend donc à la fois la mention du cadeau et la mention de la personne à qui il ferait plaisir.

Suivant la nature du souhait, on sera relativement vague - laissant une certaine latitude à l'offreur - ou très précis, avec lien vers le produit.

Par exemple sur notre liste il y avait un pouf avec un lien très précis (parce que c'était ce pouf et pas un autre).

Mais elle contenait aussi "poivrier qui moud très fin" ce qui a donné lieu à une belle suprise (un poivrier en bois très design trouvé sur un marché de Noël par les grands-parents).

La wishlist doit être partagée tout le temps entre tous les membres de la famille, et doit être complétée tout au long de l'année par toutes les personnes qu'elle concerne, avec des idées aux budgets variés.

Le contrat préalable, qui doit être très clair pour tous, est :

C'est un outil qui facilite le fait de faire plaisir par le cadeau sans en arriver à l'extrême d'offrir de l'argent (et "achète toi ce qui te fait plaisir").

Techniquement, la wishlist peut prendre perses formes.

Par exemple :

Alors je vous vois venir, à me demander : un cadeau qui n'est pas vraiment une surprise perd-il de sa valeur ?

Posons la question d'un autre point de vue : quelle est pour vous la contrainte engendrée par une suprise raté ? (Sourire crispé, éventuelle revente honteuse, etc.)

Entre un cadeau qui n'est pas pleinement une suprise et une surprise qui n'est pas vraiment un cadeau, mon choix est très vite fait !

Et comme Le Père Noël est une ordure repasse souvent à Noël, je vous invite à revoir la scène où Anémone offre un gilet fait maison à Thierry Lhermitte, cela devrait vous convaincre si ce n'était pas déjà fait 😉.

 

Des Expériences plutôt que des Objets

Vous souvenez-vous de l'APJ #1 sur le rangement de l'Atelier ?

J'y parlais notamment de l'accumulation des objets et du problème du rangement de l'Atelier.

Et là on parle de cadeaux.

Or, quand mon esprit entend cadeau et objet, j'ai direct le terme "mathom" qui me pope dans la tête. C'est mon côté un peu geek amateur d'heroic fantasy qui ressort.

Mathom, ça vient du roman Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien dans lequel les hobbits (des petits bonhommes à pieds velus) utilisent ce mot pour désigner les objets dont ils n'ont pas un usage immédiat, mais qu'ils trouvent trop intéressants ou précieux pour être jetés.

Ce qui différencie les mathoms des "au-cas-où" du bricoleur, c'est que les hobbits se passent les mathoms les uns aux autres quand ils doivent se faire des cadeaux, souvent à plusieurs reprises.

Une forme d'économie circulaire du cadeau inutile 😁, ce qui est plutôt malin si on réfléchit en terme de place.

Car offrir des objets, c'est offrir un truc qui prend de la place, et donc c'est intrinsèquement problématique si on en manque (de place) ou qu'on a du mal à la gérer (la place).

À la place (!), je vous invite à envisager d'offrir des expériences.

Il y a plein d'avantages à cela :

Et ce n'est pas forcément un budget, des expériences il y en a pour toutes les bourses.

Voici quelques exemples, à tarifs (très) variables :

Soyez inventif tout en tenant compte des goûts et habiletés de ceux à qui vous voulez faire le cadeau (et des vôtres).

Il vous faudra parfois leur demander de bloquer leur agenda, mais sans leur révéler pourquoi (suprise!).

Cela demande un peu plus d'organisation qu'un cadeau physique, mais je trouve que le jeu en vaut la chandelle.

Dites-moi si cela vous inspire et donnez-moi vos idées d'expériences en répondant à ce mail 😃

Renaud