L'Atelier Prospère du Jeudi

L'Open Source, c'est pour les Riches

Newsletter
#08 - Durée de lecture : 5 minutes.

Bienvenue dans ce huitième numéro.
Bientôt 2 mois que j'ai débuté l'Atelier Prospère dans lequel je partage avec vous réflexions et conseils sur des sujets en lien avec les bricoleurs et le bricolage.


Sondage - Suite

La semaine dernière je vous avais sollicité pour répondre à un questionnaire sur vos besoins et défis dans vos vies de tous les jours.

J'ai eu 34 réponses, merci infiniment à tous ceux qui ont pris le temps de me donner matière à mieux les comprendre.

Pour être tout à fait honnête j'espérais que la valeur apportée par cette newsletter susciterais un peu plus de participation, une sorte de troc. Mais bon, c'est probablement à moi de faire mieux.

J'ai quand même réussi à tirer quelques lignes directrices de ces 34 réponses détaillées, ce qui m'amène à poser aux absents une simple question. Voudriez-vous y répondre en un seul clic si vous n'avez pas répondu la fois d'avant ?

Cliquez simplement sur le bouton qui vous correspond. Une page "Merci" va s'ouvrir, vous la fermez et vous continuez tranquillement votre lecture avec ma gratitude en prime 😉

La question : Parmi les thèmes ci-dessous, lequel représente pour vous un problème qui vient régulièrement vous frustrer, vous énerver, vous faire soupirer ?

Le manque de temps

Ne pas terminer mes projets, me disperser

Le manque d'argent

Aucun de ces trois

Merci d'avance pour votre participation 🙏


L'Open Source, c'est pour les Riches (épisode 1)

Bon, contextualisons :

En Octobre 2013 a eu lieu la première Maker Faire de France.

En français, un Maker, c'est un Faiseur. Un type (ou une typette) qui fait des trucs avec ses mains et son cerveau (un gars bien quoi).

Et un Faire, c'est une Foire.

 

Histoire du truc en mode PCR (Père Castor Rapide) :

🦫 Le mouvement des makers a vu le jour aux US et les Maker Faires ont été crées en 2006 par le magazine Make fondé par Dale Dougherty et Tim O'Reilly.

Dale Gougherty est aussi connu pour avoir inventé l'expression "web 2.0" en 2003. Il a été pendant près de 15 ans la figure emblématique des Maker Faires.

En 2011 le français Bertier Luyt travaille sur la modélisation 3D du château de Versailles pour SketchUp (quand je vous dis que ce soft est génial 🏰) et lors d'un voyage aux US, il a l'occasion de faire un stop à la World Maker Faire de New York.

Et là, choc !
Immersion IRL (In Real Life) dans une utopie.

Ça bricole à tout va, les pionniers de l'impression 3D amateur sont là en chair et en os, l'ambiance est positivement démente 🤩

Ici les makers sont vus, entendus et compris. Ils ne se sentent plus seul dans leur garage !
Quelle que soit leur originalité, quelle que leur spécialité étrange, il vont trouver des potes et un public qui s'extasiera devant ce qu'ils font !

Bertier est un entrepreneur dans l'âme : un an après cette visite il crée Le Fabshop pour distribuer les imprimantes 3D Makerbot (on y reviendra) et négocie la licence Maker Faire pour organiser des évenements en France.

En octobre 2013 le FabShop organise donc la Mini Maker Faire de Saint-Malo, un galop d'essai. Si c'est un succès, Paris est en ligne de mire.

Et cette première édition, devinez qui y était ? Bibi ! (et Bibette 💃)

Ne me demandez pas comment j'en ai eu vent, je ne m'en souviens plus. Il y avait un appel à participants et je venais de débuter la commercialisation de la MiniCut2D v1 avec la première version de mon logiciel.  C'était une occasion de la montrer au monde et d'avoir du feedback.

Hop, un coup de bagnole avec ma chérie depuis la Vendée et nous voici dans la même pièce qu'Adrien Grelet qui présentait la première Tobeca.

Renaud Iltis et Tatiana Rabin

La foule se presse sur le stand et on passe toute la journée à découper des prénoms, des avions, des petits projets, à prendre des contacts.

On fait aussi des rencontres inspirantes comme Carlos Asmat qui présente le robot Nao1337, ou même Dale Dougherty.

Dale Dougherty, Renaud, Tatiana, et la MiniCut2D

Et on répond à plein de questions.

Et notamment à celle-ci : C'est très sympa votre machine...elle est open source ?
(Dit moitié comme une question, moitié comme une évidence.)

 

Bon, un peu de contexte, bis :

En 2013, cela fait environ 2 ans que les imprimantes 3D basées sur le modèle Open Source RepRap boument dans le monde et en France (même si le projet date de bien avant).

L'Open Source est à la mode, les médias et les marqueteurs vantent ce modèle comme une sorte de graal.

Donc ma réponse choque : "Non".
Et quand on me demande pourquoi, je choque encore plus "L'Open Source, c'est pour les riches !"

Incompréhension de l'auditoire formaté à la bien pensance.

Pourtant derrière ce raccourci provocateur (dites punchline 🥊) il y a une vraie réflexion, et je m'en vais vous la développer :

D'abord, il y avait - surtout à l'époque, moins maintenant - un amalgame entre Open Source et gratuit. Un logiciel Open Source n'est pas nécessairement gratuit, une machine Open Source n'est pas nécessairement gratuite.

Open Source cela signifie que les sources - code pour les logiciels, plans pour les machines - doivent être fournies à qui les demande et qu'elles doivent pouvoir être réutilisées de façon commerciale (modulo les spécificités de la licence utilisée).

Pour moi, petit entrepreneur débutant, ça revenait à publier un sur un grand panneau lumineux :

Copiez-moi,

utilisez mon travail,

et puis tiens, pendant que j'y pense,

faites donc des ronds avec !


Donc j'étais réticent. Ça me semblait louche.

Et ce d'autant plus qu'un certain nombre des partisans quasi sectaires de l'Open Source utilisaient des ordinateurs Apple, entreprise bien connue pour son modèle fermé et propriétaire. (Vous avez dit contradiction ? 😏)

Alors oui, l'Open Source a plein d'intérêts.
Mais pas dans n'importe quel contexte et pas à n'importe quel prix.
Et on verra que l'avenir m'a plutôt donné raison.

 

Et le gratuit dans tout ça ?

Et bien le gratuit, tu peux l'utiliser mais tu n'en as pas la propriété intellectuelle, donc tu ne peux pas faire des ronds avec.
Et je ne suis pas obligé de te filer les sources ou les plans (déjà que je t'en autorise l'usage, faut pas pousser).

Et d'ailleurs d'après mon expérience au niveau des logiciel, 99% des makers et autres bricoleurs recherchent en première approche du gratuit, pas spécifiquement de l'Open Source.

Il se trouve simplement que la plupart des logiciels Open Source sont disponibles gratuitement parce qu'il y a toujours un type qui va compiler les sources et les mettre à disposition sur le net.

Du coup ça c'est un peu mélangé dans l'esprit des gens.

Mais franchement, qui parmi vous va mettre ses doigts dans le code ? Qui sait ce qu'est un repo Github, un fork, ou simplement une issue ? Au niveau des logiciels, on apprécie la gratuité qui va généralement avec l'Open Source, mais l'accessibilité du code on s'en fiche un peu, non ?

Alors quand j'ai codé le soft de la MiniCut2D, je l'ai mis à disposition gratuitement pour que les makers motivés puissent s'en servir. Mais je ne voulais pas que d'autres me piquent le code pour faire des sous avec, j'en avais suffisamment bavé pour le pondre !

De même, je n'ai pas non plus ouvert les plans de la machine. (Et j'ai d'ailleurs pris soin de déposer une enveloppe Soleau à l'INPI pour qu'on ne puisse pas m'empêcher un jour de la produire.)

Selon moi, quand vos revenus sont directement corrélés au temps passé et au jus de cerveau que vous avez injecté dans le projet que vous vendez, vous n'avez aucun intérêt à passer Open Source.

C'est pour ça que je dis que l'Open Source c'est pour les riches : les gens qui codent des programmes ou produisent des plans libres de droits le font généralement comme un hobby.
Ils ne comptent pas dessus pour payer les factures.

Ou alors ce sont des grosses sociétés qui s'en servent pour voler les idées des autres, pour faire du virtue signaling, ou pour faire de la guerre économique.

Mais pour un petite/moyenne structure, je pense que rendre libre de droits le code ou les plans de ses productions n'est pas pertinent.

Et plutôt que de me croire sur parole, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour l'épisode 2 (et final) de cette chronique.

Le Père Castor vous donnera différents exemples qui montrent que j'ai eu raison 🦫

D'ailleurs, CncFab n'est-elle pas toujours debout 😉 ?

Tous les protagonistes de l'époque ne peuvent pas en dire autant.


Mon actualité d'Entrepreneur :

J'ai sorti vendredi dernier une vidéo de présentation d'une petite graveuse/découpeuse laser portative , tout à fait dans l'esprit de la MiniCut2D dont j'ai parlé plus haut.

Si vous faites des marchés de Noël et que vous voulez développer une activité de personnalisation sur stand, cela peut vous intéresser. Cliquez ici ou sur la miniature ci-dessous pour visionner la vidéo.

Dale Dougherty, Renaud, Tatiana, et la MiniCut2D

En ce moment je partage mon temps entre la production des MC4X et la réflexion sur la façon de vous apporter toujours plus de valeur, que ce soit au travers de cette newsletter ou au travers de mes formations.

N'hésitez pas à me donner votre avis sur la question en répondant à cet email.

 

À jeudi prochain.

Renaud